DSC_0256

 

J'ai acheté tous les magazines de La Maison Victor depuis le premier numéro. J'ai toujours un milliard d'idées et des projets de fou... Et puis le temps passe et finalement je compte sur les doigts de mes 2 mains, le nombre de patrons que j'ai exploités.

Le Top Tilda de l'édition 2, mars/avril 2105, fait partie des patrons que j'ai repéré tout de suite. J'ai un top d'une marque de prêt à porter que j'adore, et qui ressemble beaucoup à ce patron. 

J'ai donc cherché un tissu qui se prêterait à ça. J'ai choisi un  jersey texturé corail chez Toto.

J'ai coupé le top en taille 38, avec 1 cm de marges de couture partout.

J'ai suivi les explications du magazine et coupé le dos en deux parties et je trouve le rendu moyen. Je pense que cela est du au type de tissu que j'ai choisi. Il est texturé mais relativement léger et donc je n'ai pas réussi à ecraser les marges de couture correctement pour marquer les plis efficacement.

Il était de plus suffisamment élastique pour que je puisse l'enfiler sans l'ouverture prévue au dos. J'ai donc finalement rapproché les dos entièrement, de l'encolure au bas sinon l'encolure dos baillait méchamment. 

Les finitions de l'encolure se font à l'aide de parements qu'ils n'est pas nécessaire de thermocoller pour des tissus jerseys.

Pas d'autres soucis pour la couture. J'ai réalisé des ourlets à la recouvreuse. J'ai investi dans cette machine et j'avoue avoir beaucoup de mal à la prendre en main...

 

DSC_0240

 

 

J'ai finalement fait un mauvais choix de tissu pour ce top, tout d'abord pour la réalisation mais aussi pour le porter quotidiennement. C'était un jersey polyester et suffisamment épais pour me faire suer comme un boeuf quand je le mets. Résultat: il n'est pas souvent sorti de mon armoire, heureusement que j'ai fait une séance photo qui m'a permis de le porter un peu...

 

DSC_0259

 

 

DSC_0265

 

 

DSC_0266

 

 

C'est aussi ça la couture, des échecs... Je fais de plus en plus attention aux tissus que je choisis. Je recherche leur composition notamment... mais il m'arrive encore de craquer juste sur une couleur ou un toucher... C'est en forgeant que l'on devient forgeron, j'espère que cette erreur me rendra plus vigilante.